dimanche 14 juillet 2024

Tous les cris, les SOS

Combien de vies, combien d'expériences avons-nous accumulé depuis que nous sommes humanité ? N'avez-vous jamais eu cette impression étrange de vivre une situation que vous avez déjà vécue ou de rencontrer un(e) inconnu(e) qui d'un regard vous donne cette sensation de le/la connaître depuis toujours, comme si vous étiez des âmes sœurs ou des âmes jumelles ?

Peu d'entre-nous ont cette chance, malgré toutes ces réincarnations de trouver leur âme sœur, celle qui d'un simple regard devine vos pensées, celle qui vous aime telle que vous êtes, celle qui peut à l'avance prévoir vos gestes et actions, comme si vous formiez une seule et même personne !

Ces âmes-là sont précieuses, elles font partie d'une seule et même famille et il arrive parfois que le destin inopinément les mettent sur la même route ... Mais parfois les sépare parce que l'univers en a décidé ainsi ! Quoique la vie leur réserve, nul doute, elles sont destinées à rester attachées, fusionnées à jamais par-delà le temps et l'espace et finiront toujours par se retrouver d'une vie à l'autre ! 



Sur l'autre rive, sous une aube dorée, deux ailes
Scintillent sous le soleil, il vient juste d'arriver
Dans ce jardin d'Eden et respire la liberté
Apprenti, il est guidé, mais pense à elle

Les larmes d'un cœur brisé s'élèvent vers le ciel
Irisées d'émotions qu'il ne peut encore contrôler
Il aimerait tant la consoler mais l'essentiel
Pour lui, est d'avancer sur le chemin de la paix

Il connait son devoir envers ce nouveau monde
Mais son âme reste attachée à celle qu'il a aimé
De ses ailes, il s'élève sans regrets et sans honte
Signes et messages, il viendra lui laisser

Un sentiment étrange sur une sculpture
D'un baiser sur ses cheveux
Le temps d'une chanson dans la voiture
Viendront conclure ses aveux ...

©  Elea Laureen, 2024

"Tous les cris les SOS
Partent dans les airs
Dans l’eau laissent une trace
Dont les écumes font la beauté"



samedi 6 juillet 2024

Nous sommes Nés pour Aimer

 


Une simple rencontre peut se transformer
en grande aventure.

Une collision inattendue,
permet d'empoigner la vie,
d'offrir des perspectives plus grandes que soi,
de vibrer, d'écouter, d'estimer, d'espérer.

- Nicolas Carteron -
Quand ta lettre est arrivée

mardi 2 juillet 2024

Les Souvenirs


Il y a des souvenirs qui ne demandent pas la mémoire,
On les porte en soi comme un parfum qui vous colle à la peau,

Tant les notes de cœur et de fond ont enivré l'âme,
D'une empreinte olfactive à jamais ...

Danielle Roger


Une vie c'est si long et pourtant si fragile !
Finalement que restera t'il ?
Des photos jaunies, des lettres d'amour
Et l'espoir éblouissant qu'un jour
Nous serons tous réunis pour toujours !

©  Elea Laureen

  


Les souvenirs, ce sont des chambres sans serrures,
Des chambres vides où l'on n'ose plus entrer,
Parce de que de vieux parents jadis y moururent.
En les frôlant qui n'aurait pas le cœur serré ?
On vit dans la maison où sont ces chambres closes...
On sait qu'elles sont là comme à leur habitude,
Et c'est la chambre bleue, et c'est la chambre rose...
La maison se remplit ainsi de solitude,
Et l'on y continue de vivre en souriant.

J'accueille quand il veut le souvenir qui passe.
Je lui dis "Mets-toi là... Je reviendrai te voir ..."
Je sais toute ma vie qu'il est bien à sa place.
Mais j'oublie quelquefois de revenir le voir.

Henry Bataille ~ 1872-1922



Que de bruit dans ma tête
Pour combler ton absence

Que de larmes dans mon cœur
Pour remplir ton absence.

@capsulestemporelles





mercredi 26 juin 2024

Heureux et Libre ...

 


C'est vrai, je viens souvent dans vos rêves
Mais c'est juste pour vous rassurer
J'entends vos larmes et votre peine
Mais croyez moi, je suis en paix !

Je ne connais plus la douleur, ni la peur
Je suis enfin libre de vivre et d'aller ...
Je suis à vos côtés et peux même vous toucher
Ne sentez vous pas ce petit vent de fraicheur ?

J'étais là entre le soleil et la pluie
Quand les motos ont enfin rugit
Quelle émotion j'ai ressenti là-haut
Ce fut un merveilleux cadeau !

Désormais je suis comme Peter Pan
Je vole et tourbillonne au gré du vent
Comme l'oiseau et le papillon
Je vais par-delà les horizons



Dans cet univers interstellaire
Entre ciel et terre, plus de frontière !
Je baigne dans une aura d'allégresse
Où l'amour et la joie sont richesse



Ici, les odeurs sont douceurs à mon cœur
Et les chants cristallins pur bonheur
Le temps n'existe pas, la lumière est éternelle
Dans ce jardin d'Eden


Réjouissez-vous, j'ai gagné le Saint Graal
Et vous pouvez, vous aussi, à l'aurore boréale
Dans l'amour et la joie, trouver la clé du secret
Cachée dans l'espace temps de votre foi inexplorée

Qui un jour nous réunira
Car quand l'heure sonnera
Je serai là !
 

☙⚝❧

© Elea Laureen, 2024
Texte protégé
Image ; Photo d'Aurélien IA



dimanche 23 juin 2024

La vie & La Mort, intimement liés



Je me suis toujours questionnée sur le sens de la mort et de la vie, deux éléments intimement liés. À travers mes expériences personnelles et ma vie professionnelle, où il m’est arrivé de côtoyer la mort, force est de constater que mon regard sur l'un et l'autre s'est inversé.

Combien de gens sont à la recherche d’un sens à leur vie, à se demander ce qu’ils sont venus faire ici? À chercher une mission, se posant tant de questions !  Comment fait-on pour trouver le bonheur et pour vivre sa vie heure après heure dans une conscience renouvelée ? Comment se relier à sa lumière intérieure ?

Chaque histoire personnelle s’insère dans l’histoire de l’Humanité tout entière : tous nos aïeux sont morts, et cela n’était pas dû à un manque de connaissances suffisantes des lois de la Nature, non plus qu’au fait que, par exemple, la médecine de jadis n’était pas encore assez performante.

Nos descendants, nous le savons d’ores et déjà, même s’il y aura vraisemblablement de nouvelles avancées technologiques, sont tout autant destinés à mourir. Ce qui, d’autre part, suscite en nous aussi bien un esprit de résignation qu'un certain malin plaisir, sachant qu’il n’y aura pas des privilégiés à cet égard.

La mort de tous, ou même une mort collective, comme lors de guerres ou de catastrophes, est moins dure à endosser que la mort isolée d’un de nos enfants, d’un de nos amis, et surtout de nous-même, quoique ! Pauvres et riches, sains et malades, savants et incultes, croyants et incroyants, tous égalisés par une loi impitoyable et n’octroyant jamais de vraies prolongations.

Bref, le rapport entre Eros et Thanatos se configure à sa base comme inégal, biaisé, illusoire. Ce qui correspond plus ou moins au rapport inégal entre plaisir et douleur, entre gratification et frustration, entre espoir et désespoir.

La mort, c’est-à-dire une vie limitée dans le temps, nous offre, même si cela peut nous paraître seulement un pis-aller, des opportunités impensables dans une vie présumée illimitée. Nous avons la possibilité de construire notre personnalité foncière faisant fi de notre dotation génétique, de circonstances défavorables, d’un pessimisme admissible comme de tout optimisme bon marché.

Nous pouvons donc nous approcher de notre « comprendre la vie et la mort » par deux voies : nous pouvons compter sur le mûrissement de la pensée, sur l’accroissement de notre sagesse ou bien, sur l’autre rive du fleuve Léthé, penser notre mort comme moins terminale, moins absolue et totale que certains ne le croient, confiants que quelque chose de nous perdurera.

Rappelez-vous l’histoire de Sisyphe, fils d’Éole, héros national de Corinthe : « Sa ruse – il était considéré comme le plus malin des hommes – le mena à sa perte pour l’éternité : il crut bon en effet de lutter contre la Mort. » Sisyphe enchaîna la Mort.

« Étant donné qu’ensuite plus personne ne mourait sur la terre, les dieux intervinrent et Arès, l’Exterminateur, libéra la Mort. Ainsi Sisyphe dut-il descendre dans l’Hadès. Mais il n’avait pas épuisé ses ruses. Avant de mourir, il avait recommandé à sa femme Mérope de ne pas lui rendre les honneurs funèbres et aux enfers il se montra si affligé de cette offense qu’il réussit à éveiller la pitié des dieux infernaux qui lui permirent de revenir sur terre pour châtier sa femme et célébrer ses funérailles.

Il avait promis de redescendre aussitôt après parmi les morts mais Sisyphe se garda bien de tenir sa promesse. Pour finir, il dut se résigner à mourir et se retrouva dans l’Hadès parmi les grands pécheurs. Son inutile supplément de vie fut puni d’une peine symbolique : comme avaient été vains ses efforts pour tromper la Mort, ainsi était vain son effort sans fin pour pousser un rocher au sommet d’une montagne car celui-ci, à chaque fois, inexorablement, retombait en bas » (trad. G. Guidorizzi, 2009, pp. 677-678).


Ainsi donc, il est inutile de se poser toutes ces questions qui ne trouveront jamais de réponse ... Nous sommes ici pour un temps plus ou moins court et il nous revient de profiter de chaque instant pour faire de cette vie, une vie de joie, de bonheur, de partage, de sérénité et d'amour ...  Car au final, que vous soyez riches ou pauvres, quand l'heure viendra, vous franchirez l'arche nu et sans richesse ! 

La seule richesse qui vous sera demandée c'est : "qu'avez-vous fait de bien durant votre vie", alors pensez-y dès maintenant !

Elea Laureen

Image : Fine Art America

Source ; https://www.revmed.ch/revue-medicale-suisse/2012/revue-medicale-suisse-343/entre-la-vie-et-la-mort



Tout ce que l'on dit - Grégoire

On n'a qu'une seule vie, et malheureusement, parfois elle peut s'écourter plus vite que prévu ! Alors, il ne faut surtout pas hésiter !

Il faut dire tout ce qu'on porte en soi, dire les choses, ne pas les garder pour soi ... Il faut oser avouer tous ces sentiments et ne pas les étouffer ...

Partir avec des regrets serait malheureux ! S'alléger de tous ces mots, de tous ces maux rend le départ tellement plus gracile, pétillant et voluptueux ... C'est en lâchant prise que l'envol spirituel devient naturel !
Elea Laureen

Merci à Grégoire pour cette sublime chanson





https://souslevoiledelea.blogspot.com/2024/06/le-temps-du-voyage.html

<h1>Tous les cris, les SOS</h1>

Combien de vies, combien d'expériences avons-nous accumulé depuis que nous sommes humanité ?  N'avez-vous jamais eu cette impression...

https://souslevoiledelea.blogspot.com/2024/06/le-temps-du-voyage.html